samedi, février 24, 2024
Plus

    Pyromancie, capnomancie et spondomancie. Les flammes, la fumée et les cendres pour lire les présages.

    Les flammes, la fumée et les cendres sont trois outils utilisés depuis la nuit des temps en voyance. Des plus anciennes formes de mantique nous avons pour supports les flammes : dans ce cas on parle De pyromancie. Une méthode qui exige un sens réel de l’observation car l’examen attentifs de celles-ci permet de détecter des signes révélateurs de présages plus ou moins positifs selon la position, la luminosité et la présentation du ou des faisceaux. Si par exemple les flammes sont claires et réunies en un seul faisceau nous  avons là l’indication d’augures favorables par contre ; si les flammes ont du mal à prendre du volume, si elles se divisent en plusieurs faisceaux, ou même qu’elles s’éteignent à cause d’un vent ou tout autre phénomène alors nous pouvons considérer les présages comme étant négatifs. Les maîtres dans l’art de maîtriser le feu sont appelés les pyromanciens. Ces maîtres pratiquent lors de cérémonies d’incantations magiques, les plus connus d’entre eux sont répertoriés chez les pratiquants de la wicca qui sont de grands interprètes en la matière. Ils vénèrent le feu comme étant une force de l’univers et, s’en servent pour des rituels de magie dédiés à l’invocation de la mère-nature. Dans cette lignée existe aussi une autre forme de voyance dont que l’on appelle la capnomancie. Méthode divinatoire qui se manifeste aussi par l’étude et l’interprétation des fumées cela toujours grâce à un sens aigu de l’observation. La fumée émanant de flammes d’un feu ou de fumigation d’encens rituels ou de plantes (comme le laurier par exemple) permet à celui qui sait interpréter les signes de prédire l’avenir.  Le capnomancien doit observer non seulement, l’odeur, la couleur mais aussi l’orientation et, les formes de la fumée pour une bonne analyse des signes. Pour en revenir aux feuilles de laurier, quelques exemples d’oracle dont un très célèbre celui de la Pythie de Delphes qui en mâchait puis les jetait au feu. Dans la magie orientale cette interprétation passait par les encens. Les initiés avaient pour pratique l’observation  et l’interprétation de leur bâton d’encens allumés dont le moindre détail de la fumigation retenait leurs souffles. Ceci pour connaître l’énergie de la journée à savoir si elle s’annonçait positive ou négative. Quant à la voyance pratiquée grâce aux cendres, on la désigne sous le terme de spondomancie. C’est aussi un support très vieux son origine étant en lien avec celle du feu.  Les maîtres en la matière commençaient bien évidemment par faire un feu de bois dont ils récupéraient les cendres qu’ils étalaient sur un support bien plat afin d’y écrire leur question. Celle-ci devait être rédigée obligatoirement avec l’index de la main gauche. Puis, ils disposaient le support bien en évidence à un endroit où ils détectaient que le vent y souffle légèrement, à proximité d’un courant d’air; pour justement en observer l’aspect. Si les lettres s’effaçaient ou même qu’elles changeaient juste d’aspect alors ils décryptaient les mots effacés ou modifiés et obtenaient ainsi la réponse à la question. Cette pratique était l’apanage de maîtres rodés à un véritable sens de l’observation, dotés d’une habitude et d’une expérience de notoriété publique qui permettait au consultant de se fier à un oui ou un non émit par ces maîtres. Cette pratique est aussi appelée  la thephramancie  permettait d’avoir une réponse claire aux questions posées. En ces périodes de fêtes, nous vous souhaitons de vivre pleins de moments chaleureux et que la nouvelle année à venir vous apporte pleins de grandes et belles grâce et bénédictions. Et, surtout n’oubliez pas : quel que soit votre religion ou croyance, nous sommes tous uns ; alors efforçons nous de mettre en action tout ce qui nous rapproche et bannissons tout ce qui pourrait nous diviser !

    Autres Articles

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici