samedi, février 24, 2024
Plus

    Prévalence de la maladie de Crohn.

    (Deuxième partie 3 /4).

    Habituellement diagnostiquée chez une population de 10 à 30 ans, notons que la maladie peut survenir à tout âge, y compris dans l’enfance.

    On identifie cette maladie surtout dans les pays dits industrialisés et, elle tend à augmenter depuis les années 50.

    Au Canada par exemple, la maladie de Crohn touche environ 50 personnes par 100 000 de population cependant, selon la région géographique il y a une très grande variabilité.

    La Nouvelle Écosse (province canadienne) est connue pour être l’endroit au monde où il y a le plus de cas de la maladie de Crohn.

    En effet, le taux grimperait à 319 pour 100.000 personnes.

    Au Japon, en Roumanie et en Corée du Sud, le taux est à moins de 25 pour 100.

    Provoquée par une inflammation persistante des parois et des couches profondes du tube digestif, elle peut entraîner un épaississement des parois à certains endroits, des fissures et des plaies à d’autres.

    Les causes de l’inflammation sont inconnues et vraisemblablement multiples, impliquant des facteurs génétiques, auto-immuns et environnementaux.

    On parle de facteurs auto-immuns car au même titre que la colite ulcéreuse, la maladie de Crohn a des caractéristiques de maladie auto-immune.

    Certains chercheurs sont persuadés que l’inflammation du tube digestif serait en lien avec une réaction immunitaire excessive de l’organisme contre des virus ou des bactéries dans l’intestin.

    Quant aux facteurs environnementaux, plusieurs pistes restent à l’étude.

    L’incidence de la maladie est plus importante dans les pays industrialisés bien qu’aucun facteur spécifique n’ait été à ce jour détecté.

    Cela, laisse à croire que ces facteurs sont probablement liés au mode de vie occidental qui pourrait exercer une réelle influence sur l’apparition de la maladie.

    La prise de certains antibiotiques de la classe des tétracyclines, est un facteur de risque. 

    Il apparaît également que les fumeurs soient plus aptes à développer la maladie.

    Les personnes trop sédentaires sont plus affectées que celles qui sont actives.

    Aucune preuve n’est établie cependant, on pense qu’il est possible qu’une alimentation trop riche en mauvais gras, en sucre ou en viande augmenterait le risque.

    Autres Articles

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici