samedi, février 24, 2024
Plus

    Abdoulaye Diabaté « L’homme aux mains d’or ».

    Derrière une timidité apparente se cache en réalité un homme pudique et chaleureux. Il a l’œil vif et rieur. On y devine un brin de malice et une grandeur d’âme exceptionnelle. Il a pour unique fer de lance son amour de l’autre. Et, c’est un atout précieux par les temps qui courent. Il y a ceux qui appelle à l’unité et, ceux qui font de cette unité un véritable outil de rapprochement des hommes. Abdoulaye Diabaté est de ce genre d’homme. Il fait partie de ceux qui œuvrent sans faire de bruit. N’est-ce pas le comble pour un musicien ?

    Infatigable artisan de la paix, il a choisi la musique pour former la chaine du cœur qui restaure l’humanité. Il n’hésite pas à aider de jeunes talents à émerger. Parce qu’il porte en lui un réel désir de transmettre aux jeunes générations son expériences de la musique mais aussi de la scène. Scène sur laquelle il rend hommage aux êtres chers disparus : sa mère, ses acolytes partis trop tôt ; dont le grand Soriba Kouyaté décédé quelques semaines seulement après l’enregistrement de leur album.

    C’est au sein d’une famille de musiciens professionnels qu’il est né. Bercé dès son plus jeune âge par les sonorités du terroir sénégalais ; le pays qui l’a vu naitre. C’est naturellement qu’il est entré au Conservatoire National où il a obtenu plusieurs premiers prix dont ceux de piano et solfège. Après plus de 10 ans de pratique, il se passionne pour le jazz et devient Chef d’Orchestre National du Sénégal. Hommes d’expérience reconnu par ses pairs, il sera amené à collaborer avec Manu Dibango, Peter Gabriel, Mory Kante,

    Bernard Lavilliers, Papa Wemba, Salif Keita et bien d’autres artistes. Abdoulaye Diabate est sans aucun doute le compositeur, arrangeur africain le plus aimé et, le plus convoité de sa génération.

    C’est au seuil des années 2000 qu’il développe l’idée d’un mélange de ses deux passions le jazz et la tradition africaine. Ainsi, l’alliance du jazz aux musiques mandingues prend vie. Cette formule combine parfaitement le piano ; emblème du tempérament occidental et, la kora symbole des modulations africaines.

    En 2002, il fonde le Kora Jazz Trio, groupe dont il signe tous les arrangements et, la plupart des titres. Le trio devient très vite « Kora Jazz Band » et, s’abonne à des allers-retours sur toute la planète musique, ils y conversent avec Andy Narel (steelpan) Cyrille Maillard (batteries, timbales), Monica Peirera, Kandé Dioubaté, Adama Condé. Les invités se succèdent sur scène et savourent leur sens inné du partage.

    Depuis plus de 13 ans, ils vont de De Saint André Les Vergers à la Martinique. De Samois (Festival Django Reinhardt) à Cuba. De Séoul à Rio. D’Oslo à Dakar. De la Guyane à la Corée du Sud.

    D’Israël au Canada. De la Colombie à l’Allemagne. Ils ont d’ailleurs été sollicités pour l’anniversaire de Bach en Allemagne et, le public ne fut pas déçu de leur façon si singulière de revisiter celui-ci.

    Abdoulaye Diabaté, leader charismatique du groupe a su réunir des amis qui sont avant tout « des frères de sang » dont il parle avec une affection particulière. Un homme d’une humilité extrême, sensible, drapé d’un sens particulier de la reconnaissance.

    Titre : BACK TO AFRICA

    Groupe : KORA JAZZ BAND

    Label : GIRO MUSIC

    Style de musique : Afro-jazz

    http://korajazztrio.free.fr

    Autres Articles

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici