samedi, février 24, 2024
Plus

    Le vibromasseur, « l’hystérie » et la satisfaction sexuelle des femmes.

    ORISTELLE BONIS est spécialisée dans la traduction d’ouvrages forts intéressants. Pour ceux qui ne la connaisse pas encore, je vous invite à découvrir son parcours. Elle est également à l’origine de la traduction du livre de Rachel-P- MAINES. Une historienne américaine devenue une référence incontournable en histoire de la médecine, en histoire culturelle, en histoire de la sexualité et, en histoire des femmes. C’est d’ailleurs grâce à elle que j’ai découvert (et, ceci n’est pas une blague), qu’il fut un temps ou soigner l’hystérie des femmes à été une préoccupation sérieuse de certains médecins. A tel point que durant des siècles ils pratiquèrent scrupuleusement des massages pelviens sur leurs patientes. Par souci de rentabilité, l’orgasme n’étant atteint qu’au bout d’une heure, la plupart de ces massages furent délégués à d’autres femmes; des infirmières et des sages-femmes.

    C’est ainsi qu’a la fin du XIXe siècle, l’électricité permit aux médecins de s’équiper d’efficaces instruments vibratoires. Avec la commercialisation du vibromasseur portatif, qui s’accompagna, aux États-Unis, d’une intense campagne de publicité, l’objet quitta le cabinet médical pour le domicile privé où il s’installa durablement. Peu de gens savent que le vibromasseur était, au début du XXe siècle, l’appareil électroménager le plus vendu après la machine à coudre, le ventilateur, la bouilloire et le grille-pain.

    A découvrir, technologie de l’orgasme. Un livre unanimement salué par la critique lors de sa parution dans la collection «Petite Bibliothèque» aux éditions Payot . Rachel -P- MAINES est historienne, chercheur indépendant, affiliée au département des Sciences et Technologies de l’Université Cornell, aux États-Unis.

    Autres Articles

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici