samedi, février 24, 2024
Plus

    Doit-on avoir honte de la maladie de CROHN ?

    (Troisième partie 4/4).
    Début juillet 2014,  Bethany Townsend une jeune femme de 23 ans ; ancienne mannequin souffrant de cette maladie a posé  un acte fort.

    Lors de ses vacances au Mexique avec son mari et, pour inciter les personnes souffrantes de la même maladie, elle a eu l’idée de poster sur les réseaux sociaux une photo d’elle en bikini; mettant en évidence son Stomie.


    Autrefois appelé « anus artificiel » le Stomie est une poche placée chez le patient pour mettre au repos l’intestin grêle, quand celui-ci est trop touché par la maladie. Cela permet d’absorber les nutriments et à éliminer les excréments.


    Neuf millions d’internautes ont suivi ce geste pour ne plus avoir à se cacher et, dépasser la honte qu’elles éprouvaient.


    Likée 190 000 fois avec 10 000 commentaires sur Facebook, la jeune femme  a atteint son objectif premier ; qui était de sensibiliser les gens sur cette maladie dont elle souffre depuis l’âge de 3 ans. En 2010 elle aurait frôlé la mort et, a décidé de partager son histoire. Son but n’était pas de faire en sorte que l’on s’apitoie sur son sort mais plutôt, d’assumer sa maladie. Par cet acte, elle a aussi contribué à aider des milliers de malades.


    Plusieurs médias ont repris cette information afin de souligner le courage de cette jeune femme qui contribue ainsi à faire connaître davantage cette maladie dont les complications diverses peuvent parfois révéler des allergies d’un patient à l’autre. 


    Parmi les nombreuses personnes rencontrées et qui sont confrontées à cette pathologie, certaines souffrent en plus de graves problèmes intestinaux d’allergies à la tomate, d’autres au gluten. Cela nécessite donc des investigations poussées pour bénéficier d’un traitement adéquat.


    A la question faut-il avoir honte de la maladie de Crohn, il semblerait que les réactions en chaînes qui ont suivi les publications de cette jeune femme y répondent sans aucune ambiguïté surtout, quand on prend le temps de lire les témoignages émouvant des personnes concernées par cette maladie.

    Pour conclure, je dirai que quelle que soit la maladie dont vous souffrez n’ayez pas peur de partager, même si la terre est peuplée de gens parfois « peu sensibles » sachez qu’il y aura toujours quelque part, quelqu’un qui comprendra, non seulement votre maladie mais aussi, vos souffrances et, par un seul clic parfois, le moral d’un patient peut s’améliorer et, cela change la donne a défaut de changer le cours des choses…

    On n’est en réalité jamais seul !

    Autres Articles

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici